Nous sommes en pleine rentrée littéraire ; si vous ne savez ni que lire ni que faire suivez donc les sages et rigoureux conseils de M. Firmin.

« M. Firmin s’était fait, avec beaucoup de discernement, plusieurs catalogues particuliers à l’usage de ses abonnés et de ses lecteurs.

Romans d’amour, pour les demoiselles et surtout pour celles qui sont dans les pensions ; romans de voleurs et de revenans, pour les écoliers et les laquais ; romans de chevalerie pour les vieux  militaires ; romans de galanterie, pour les jeunes officiers ; romans philosophiques, pour les rentiers ; enfin romans de toute espèce, pour les dames du marais, pourvu que ce fussent des nouveautés, qui les tinssent au courant des ouvrages et des auteurs qui ont quelque réputation à Paris »

Je n’ai pas résisté à l’envie de vous faire partager ici ces quelques lignes extraites des Jolies Parisiennes d’Adèle de Reiset (paru en 1822).